Archives de Twitter : retour à la normale (archivistique) ?

Depuis janvier 2103, la Library of Congress (LOC) n’avait plus communiqué à propos de l’archivage de Twitter (voir le dernier message sur le bloc la LOC ici :  https://blogs.loc.gov/loc/2013/01/update-on-the-twitter-archive-at-the-library-of-congress/ . J’avais exploré quelques raisons à cette problématique dans ma communication aux journées des archives de Louvain de 2016 :

La mise à disposition des archives de Twitter par la Library of Congress
Aspects méthodologiques et difficultés de process
In : Pérenniser l’éphémère. Archivage et médias sociaux, ?? (éditeurs), Actes des 16èmes journées des archives, Louvain-la-Neuve, Academia L’Harmattan, 2018, 10 p. (pp. ?). (A PARAITRE)
(lien : https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_01676403)

Le récent message de leur responsable de communication (ici : https://blogs.loc.gov/loc/category/social-media/ ) et le white paper qui y est associé (là : https://blogs.loc.gov/loc/files/2017/12/2017dec_twitter_white-paper.pdf ) jette un nouvel éclairage sur ce qu’il faut bien assimiler à une forme de black-out. J’en reprends quelques arguments.

L’archivage de la totalité du twitter public (2006-2017)
L’argument de la LOC pour archiver Twitter intégralement dès sa création tient à la volonté de documenter une pratique en émergence et en évolution rapide. Dans ce cadre, le refus initial d’une sélection est justifiée par une vision prospective qui reconnaît le fait que l’évolution d’un tel média est imprévisible et que toute sélection à priori est par conséquent dommageable. L’option était parfaitement justifiée sauf qu’elle s’est heurtée à deux obstacles majeurs :

  • L’augmentation quasi asymptotique du volume des tweets, accentuée par le doublement récent du nombre de caractères autorisés (de 140 à 280).
  • L’incapacité de construire un instrument de recherche digne de ce nom pour cet objet archivistique non identifié (OANI), voir plus bas la question du financement.

Le passage d’une politique de sélection (dès 2018)
Ayant accumulé un stock exhaustif de plus 12 ans d’activité de Twitter, la LOC s’est sentie légitimée à passer à une pratique classique de l’archivage, qui est celle de la sélection (la théorie archivistique reconnaît que seul 10% / 5% / 2% du volume des documents/enregistrements produits nécessitent une conservation à long terme, utile pour l’histoire, ou tout autre chose).

Les arguments de la LOC pour abandonner l’archivage intégral de Twitter avancé dans le white paper sont :

a)  La nature de Twitter a changé au fil du temps.

  1. Le volume de tweets et de transactions connexes a évolué et augmenté de façon spectaculaire depuis la signature de l’accord initial.
  2. La bibliothèque ne reçoit que du texte. Il ne reçoit pas d’images, de vidéos ou de contenu lié. Les tweets sont souvent plus visuels que textuels, ce qui limite la valeur de la collecte de texte uniquement.
  3. Twitter augmente la taille des tweets au-delà de ce qui avait été décrit au début de l’effort d’acquisition.

b)  La bibliothèque a maintenant les 12 premières années de tweets publics. Cette période documente la croissance d’une importante plateforme de médias sociaux.

c)  La bibliothèque ne collecte généralement pas de manière exhaustive. Compte tenu de la direction inconnue des médias sociaux lors de la planification du don, la bibliothèque a fait une exception pour les tweets publics. Maintenant que les médias sociaux sont établis, la bibliothèque met davantage en pratique ses pratiques de collecte conformément à ses politiques de collecte.

On peut bien évidemment s’interroger sur quels critères cette sélection aura lieu dans la mesure où les termes utilisés par le communiqué sont sujet à interprétation (selon la Déclaration de politique d’acquisition de la Bibliothèque et de documents connexes – https://loc.gov/acq/devpol/ ). La LOC a publié plus de 75 Collection Policy Statements et la dernière édition de celle sur le Web Archiving (sept. 2017 : https://www.loc.gov/acq/devpol/webarchive.pdf ) si elle cite les réseaux sociaux comme source potentielles, n’en dit pas plus.

Une réponse récente à une question sénatoriale (ici : https://fcw.com/articles/2017/04/05/nara-archived-tweets-mazmanian.aspx et là: https://www.archives.gov/files/press/press-releases/aotus-to-sens-mccaskill-carper.pdf ), nous rassure sur un point : les tweets du président Trump seront conservés !

La question du financement
De toute évidence, indépendamment de la question de la constitution d’un instrument de recherche adapté à une telle collection, la question majeure (d’ores et déjà lisible dans le communiqué de 2013, qui fait allusion au partenariat public/privé pour la mise à disposition de ce fond) est celle du financement de la mise à disposition des tweets de manière utile à la recherche. Le message de la LOC n’est pas plus encourageant que celui de 2013, et s’il mentionne des pistes, il ne fait état d’aucune concrétisation à court terme.

* * *

De nombreuses publications dans la presse américaine relaient ce nouvel état de fait sans vraiment en analyser les tenants et aboutissants, je vous les épargne. Je retiens cependant celui de Amanda Petrisich du New Yorker, qui va au-delà de l’annonce pour analyser de manière ironique la posture la LOC et qui surtout fait référence à l’historique même de la fonction archivistique de la LOC (ce qui ne saurait que réjouir les archivistes) (article original ici : https://www.newyorker.com/culture/cultural-comment/the-library-of-congress-quits-twitter , traduction française là : The_LOC_Quits_Twitter_2018-01_FR)

A mes yeux, il y a à ce jour trois questions qui restent non résolues :

  • Quel vont être les critères de sélection de la LOC pour déterminer ce qui sera conservé (publiquement) de Twitter à partir de 2018 ?
  • Comment et sans quel délai la LOC va-t-elle réussir à construire un outil de recherche adapté à un tel fond ?
  • Quelles modalités de collaboration public/privé la LOC va-t-elle trouver pour résoudre les problèmes de financement de cet outil de recherche ?

Pour la réponse, il semble qu’il va falloir attendre encore quelques années….

 

Publicités

A propos regarddejanus

Archiviste, Record-manager et enseignant
Cet article, publié dans archivage numérique, Internet, Média sociaux, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s